Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Dim 19 Juil - 0:51


 

 




 
 

     
Nathaniel Orson Lecter
feat Garrett Neff


« Let me blow your mind  »


D'après l'état civil il semblerait que je me nomme  PRENOM ϟ j'ai déjà soufflé 31 bougies ϟ  je suis né le 25 décembre 1969 dans un endroit nommé Ste Mangouste ϟ  Pour gagner ma vie  j'ai exercé la profession de  rédacteur en chef de la Gazette du Sorcier mais depuis ma disgrâce je me contente d'être un fuyard... en attendant de reprendre mon rôle de nouveua leader au sein des Mangemorts ϟ  Laissez-moi vous confier un secret je suis aussi Occlumens ϟ  Si l'on en croit la rumeur publique il semblerait que je sois du genre  enjôleur && séducteur , érudit && intelligent , sociable && mondain , mais aussi très menteur && tricheur, opportuniste && manipulateur, ambitieux, obsessionnel, susceptible, rancunier, violent , sanguin  jaloux et possessif ϟ  Puisque les gens aiment à classer les choses et les gens je dirais que je suis  hétérosexuel  ϟ Mais pour ce qui concerne mon coeur && mon corps je suis au regret de confesser que je suis hors de portée et je crais fort d'avoir déjà deux obsessions en tête et pas la moindre envie de m'encombrer d'une troisième !  ϟ  Sur ces terres j'appartiens au groupe  Sorcier , car : cela est juste la logique même et si vous ne le saisissez pas je vous renvoie à vos bases sur le forum  mes chers smilebig ϟ



« C'est le requiem pour un con...  »



Ma Vision des Choses


ϟ Ce que je pense de la Magie && des Sorciers ? :

Avant même que de pouvoir en comprendre le sens, Nathaniel fut élevé dans le culte parfait de la magie et de tout ce pouvoir qui en dérivait pour qui savait en faire bon usage. Aujourd'hui que son rôle au sein des Mangemorts est connu de tous nombreux sont ceux qui ne s'en étonnent guère : après tout vue son éducation et sa famille ce gosse trop gâté ne pouvait que mal tourner, non ? A force de vénérer la magie et d'entendre prôner la supériorité des sorciers sur le reste du monde... Vision quelque peu simpliste des choses car ce que les gens ignorent c'est que si le jeune fuyard voue un véritable culte à cette magie qui coule dans ses veines il n'est cependant pas idiot au point de laisser le pouvoir de cette intangible maîtresse l'aveugler ! La Magie n'est puissance que pour celui qui saura la dompter et la domestiquer... un peu comme avec les femmes, non ? Bien sur que si ! Et tout comme les femmes il existe aussi nombre de formes de magies que Nathaniel, drapé dans toute sa suffisante arrogance, se vante de pouvoir un jour faire siennes.

Mais il est encore un peu tôt pour aborder ce si vaste sujet alors parlons plutôt de ces sorciers, de ce peuple auquel Nathaniel appartient. Si l'on en croit la rumeur publique il n'y a rien que le jeune homme ne pourrait faire pour asseoir la suprématie des siens sur ces cloportes de Moldus... PAs entièrement faux en effet. Mais pas non plus l'exacte vérité ! Car si aux yeux du jeune homme les êtres dénués de magie ne valent pas plus qu'un vulgaire insecte, encore moins qu'un animal ou un elfe de maison... les sorciers ne sont pas tous dignes de leur magie ! Très loin de là même ! Nathaniel méprise ces êtres qui ont été si bien formatés qu'ils en sont venus à penser qu'ils devaient se cacher de ces Moldus qui pourraient les détruire ! Il déteste et honnit tous ces sorciers qui galvaudent leur sang si pur en s'unissant à des êtres impurs pour ne pas dire infectés quand il s'agit de Moldus ! Les sorciers sont eux aussi des animaux incultes et ignares, tout au mieux des moutons de Panurge dont il n'hésitera jamais à se servir  pour mieux les sacrifier ensuite si cela servait ses intérêts !

Oh oui Nathaniel nourrit les plus sombres des desseins mais il se pourrait que ceux-ci n'épargnent pas même les sorciers !

ϟ Ce que je sais de ces entités Sinners && Nephilims ? :


Pendant longtemps les sorciers se sont complus dans leur crasse suffisance pensant et se délectant du fait qu'ils étaient une race d'élus. Des petits chanceux auxquels Mère Nature ou un Dieu qui n'existe pas aurait octroyé la magie... Vision quelque peu nombriliste qui n'aurait pas été pour lui déplaire... s'il n'avait pas été suffisamment pour imaginer que si la Magie existait elle ne pouvait se décliner sur un mode pluriel ! Si les Sorciers étaient de facto supérieurs aux Moldus grâce à leur magie... et que le principe de la chaîne alimentaire peut se décliner à l'infini alors la question qui s'était bien vite imposée à lui fut celle-ci : quelle engeance pourrait se targuer sans mentir d'être supérieure à la race des Sorciers ? Quelle forme de magie pouvait dépasser la sienne ?

Il fallut à Nathaniel attendre bien des années pour obtenir la réponse à cette question qui le taraudait depuis son enfance mais dont il n'avait jamais voulu s'ouvrir à personne. Sauf à Vivien qui en avait doucement ri. Si ce n'avait pas été elle il l'aurait volontiers faite taire de la plus définitive des manières d'ailleurs ! Pourtant même elle ne put nier l'évidence plus longtemps quand, en 1998, la vérité leur fut enfin révélée. Par l'intermédiaire de ce benêt mal dégrossi de Edward Baker, leur cousin, qui leur conta la plus incroyable des histoires. Il avait été visité... Nathaniel se souvenait d'avoir peiné à réprimer ce fou rire qu'il avait senti lui monter à la gorge et il avait éprouvé plus de difficultés encore à ne pas demander à son crétin de cousin s'il avait enfin été visité par une bonne fée qui lui aurait, dans sa mansuétude, offert une cervelle... en était de fonctionner cette fois !

Mais ses rires et ceux de ses soeurs avaient cessé au moment même où le débile leur avait prouvé ses dires en faisant apparaître son démon domestique. Dès lors Nathaniel , bien que naturellement décontenancé, sut qu'il avait toujours eu raison. Et que pour voir ses projets les plus fous aboutir alors il lui faudrait trouver un moyen de s'emparer, de maîtriser ou corrompre ces nouveaux élus. Grâce à l'idiotie parfaite de Edward dresser une liste des petits angelots et diablotins nouvellement élus ne fut guère difficile. Et il faut bien dire que cette liste recelait de surprises... bonnes et mauvaises d'ailleurs ! Au départ le jeune homme avait pensé que manupiler le pantin d'Edward suffirait amplement mais celui-ci était tellement pathétique qu'il dut bien vite se raviser. Heureusement pour Nathaniel il ne manquait ni de jugeote ni d'as planqués dans sa manche ! Et parmi ses connaissances, souvent bien intimes pour ne pas dire charnelles, se trouvaient quelques pièces de choix !

Faustine était déjà bien instable avant sa rédemption et maintenant que la voilà devenue mère et surtout mariée au plus acariâtre des hommes l'exercice pourrait se révéler périlleux. Samara eut pu être un choix bien plus agréable mais la dame et lui se connaissaient bien assez pour savoir que la loyauté n'était pas une qualité première chez eux... à la première occasion ils se feraient les pires des entourloupes et n'hésiteraient pas à se trahir ! Et alors ? Au moins ils savaient l'un comme l'autre où ils mettaient les pieds et puis vues les relations si hautes placées de la sulfureuse poupée russe se priver de sa compagnie eut été une erreur que Nathaniel ne compte évidemment pas connaître. Mais ses deux meilleures cartes résident dans cet ange pervers et sa si tentante gamine de démone... Themis a toujours été une friandise adorable : fougueuse, violente, maline et terriblement futée il a toujours su que cette gosse irait loin et les derniers événements semblent lui donner raison. Mais Themis est encore une enfant et quoiqu'elle en dise elle réagit encore bien souvent comme telle. Fragile la Luxure ? Pas qu'un peu et Nathaniel sait parfaitement sur quelle corde appuyer pour faire réagir Themis comme il le souhaite. Et il se languit de recroiser la route de la sulfureuse et délicieuse enfant maudite. Comme il lui tarde de croiser la route de son ange déchu de père... Ainsi Jeremiah Nemirowsky a largué bien des enfants dans son sillage... Cela amusait déjà énormément Nathaniel qui envisageait déjà toutes les possibilités que lui offrait cette "famille" mais si l'on ajoutait à cela la sorte d'affection presque sincère que le vieux roublard porte à Hermione... Là ça devient un jeu encore plus périlleux ! Et follement plus personnel aussi !

Non Nathaniel n'ignore que peu de choses des Nephilims et des Sinners et il entend bien se servir des uns comme des autres pour servir sa cause ! Oh et, bien sur, il n'oublie pas cette si délicieusement adorable et fragile famille d'hybrides ! Kiriel Rookwood mari éperdument amoureux et père des plus attentionné ? Contrairement à bien d'autres, tous des sots, Nathaniel ne commettra pas l'erreur de croire l'Hybride faible pour autant ! Il connaît en effet assez bien Kiriel pour savoir que celui-ci est un homme dangereux, le feu qui couve sous la glace et qu'il serait foncièrement stupide de tenter de le contraindre en s'en prenant à sa famille ! Les deux hommes ont au moins cela en commun : on ne touche pas aux siens ! Qui sait, peut-être que les si tristes et tragiques événements de NYC permettront aux deux hommes de se trouver une raison de s'allier ? Nathaniel y compte bien ! Kiriel a toujours été un excellent élément et avoir un hybride dans ses rangs ne peut que faire rêver le fuyard !

ϟ Ce que je pense des extrémistes genre Mangemorts && Sons of Armageddon ? :


Poser la question à un homme tel que Nathaniel pourrait franchement prêter à sourire ! Et pourtant, et comme toujours avec lui, ses pensées sur le sujet pourraient fortement surprendre plus d'un être pensant pourtant le connaître !

Lorsque les premiers murmures avaient commencé à se faire entendre, lorsque les premières rumeurs avaient commencé à inquiéter nombre de ses hommes, lui était demeuré parfaitement de marbre. Ainsi certains Moldus entendaient enfin se rebeller et lutter contre les vilains sorciers ? Mais que grand bien leur fasse ! Et s'il l'avait fallu Nathaniel aurait même été prêt à agir dans l'ombre et de la plus indirecte des manières pour permettre à ces terroristes regroupés sous la bannière des Sons of Armageddon de croître plus vite encore ! Car si à première vue ces gens peuvent représenter l'équivalent moldu des Mangemorts, et de manière directe une menace pour Nathaniel et ses hommes le jeune homme se félicite de découvrir dans la presse et sur les lèvres des gens leurs nouveaux faits d'armes !

Et ce à plus d'un titre. Le gouvernement Moldu passe tant de temps à tenter d'identifier, à museler et éradiquer cette nouvelle menace qu'il en a du coup bien moins pour tenter de contrer un terrorisme sorcier quel qu'il soit ! Et moins d'envie encore de voir cette idiotie de CSM aboutir... dommage pour la si délicieuse Hermione mais tant mieux pour Nathaniel !

Et puis soyons clairs : l'émergence de ces fous armés de bâtons de dynamite et de flingues a eu un effet aussi inattendu que salutaire sur les mages noirs. Après la débâcle de 98 maintenir un esprit de corps chez ces pleutres n'avait pas été chose aisée. Chose impossible même... Lord Voldemort avait prôné une cause qui avait perdu de sa superbe au moment même où le grand sorcier avait été vaincu... par des gosses qui plus est ! Nathaniel et ses soeurs avaient lutté pour prendre la relève mais leur échec cuisant n'était pas uniquement du aux dissensions entre eux. Non... L'idéologie de base était mauvaise et ça désormais le jeune homme en était convaincu ! Les Mangemorts étaient nés de la haine des Sorciers pour tout ce qui n'était pas de leur monde. De leur refus de voir leurs us, leurs traditions et leur magie galvaudés par ces animaux. Mais l'essence même du mouvement s'était étiolée, émoussée aux intérêts si humains et bas des uns et des autres. Aujourd'hui Les Scorn regagnaient du terrain et Nathaniel savait que sa cadette peinait à donner un second souffle à leurs troupes. Et cela le rendait malade ! Il ne pouvait pas encore intervenir mais le jour viendrait où il les ferait tous ployer, ramper devant Vivien et lui ! Devant sa Reine de coeur... Mais il était encore trop tôt ! Il devait encore demeurer et agir dans la plus parfaite des ombres. Et quand bien même cela lui déchirait littéralement le coeur il ne pouvait en parler à Vivien. La cause d'abord ? Non ! Jamais avant elle... Jamais avant son amour de soeur ! Mais pour Vivien, justement, il savait qu'il devait instaurer une nouvelle idéologie. Plus extrême et violente encore. Et pour y parvenir il devait se tenir loin de sa plus grande faiblesse.

Et aussi et surtout user de la renommée des Sons pour rameuter ses troupes. En exacerbant les haines déjà si flamboyantes. En offrant la plus parfaite des occasions à tous ces êtres désireux de se venger et d'infliger une parfaite et bien létale leçon à ces animaux de Moldus !

Alors que ces terroristes croissent lui s'en réjouira toujours ! Car dorénavant que ces crétins le comprennent ou non leurs destins étaient étroitement liés. Et si pour l'instant ils avaient besoin les uns des autres pour renforcer l'esprit de cohésion de leurs troupes le moment viendrait bien où l'avènement des uns signifierait la chute mortelle des autres ! Et est-ce vraiment utile de préciser qui l'emportera selon Nathaniel ? Non, bien sur que non !

ϟ Ce que je pense de la CSM ? :

r
Ah ... cette fameuse Commission sensée oeuvrer au rapprochement entre ces deux peuples qui, hormis dans l'intimité d'un lit et encore, ne pourront jamais que se craindre, se haïr et de faire la guerre ? Ce rêve utopiste né de l'esprit décidément bien fertile de la plus horripilante mais tout aussi obsédante des dindes nées moldues ?

Nathaniel ne sait plus vraiment s'il doit sourire pour mieux se moquer de cette initiative vouée à l'échec et à laquelle il fit si bien mine de prendre part... ou si le sourire fané à ses lèves n'est pas plutôt du à celle qui occupe décidément bien trop ses pensées ! Hermione Granger est une pourriture indigne même de tenir cette baguette qu'elle manie pourtant avec une dextérité que nul, surtout pas lui, ne peut nier. Elle qui ne doit ses aptitudes magiques qu'à un bien tordu destin !

Non, jamais le jeune homme ne pourra croire ne serait-ce qu'un dixième de seconde à pareille entreprise ! D'ailleurs, au départ de tout cet imbroglio, il ne voulait la rejoindre que pour mieux la voir imploser en plein vol ! Mais il semblerait que Granger ait plus de répondant encore que la légende ne le prétend... et cela n'est pas pour déplaire à celui qui en fait une histoire très personnelle ! Et que cela insupporte Vivien ne peut qu'attiser encore un peu plus l'envie du jeune homme en fuite d'en rajouter une couche. Et si Hermione pense que ses petites manoeuvres l'empêcheront de faire imploser sa petite commission il semblerait que la donzelle ait encore bien des choses à apprendre ! S'il ne peut le faire lui même Nathaniel à déjà mille et un plans de rechange ! Et bien des pions à bouger sur cet échiquier dont il a été si violemment éjecté !

La relation plus que ambiguë unissant Hermione à Jeremiah... La présence à la table de la fameuse héritière Gaunt aussi... Ainsi Gaïa est de retour ? Il sera bientôt temps de se rappeler au bon souvenir de la jolie blonde... et de la ramener dans le droit chemin ! Après tout et même si elle ne s'en souvient pas tous les deux ont partagé plus d'une chose. Et plus d'un secret aussi ! Et puis s'il y est contraint Nathaniel sait qu'il pourra toujours abattre son as ultime ! Lequel ? Parce que vous pensez franchement qu'il va vous le confier ? Là ce serait faire preuve d'une confondante et inquiétante naïveté !

Nathaniel veut voir imploser la CSM ! Parce qu'elle va à l'encontre de ses opinions et idéaux ? Peut-être. Parce qu'elle est l'oeuvre et le joyau de Hermione ? Oh que oui ! Affaire très personnelle, en effet...



« I once dreamt I was a mermaid  »

     

Parce que j'ai aussi une vie derrière mon écran et que je suis sympa vous pouvez m'appeler   à votre avis ? xD ϟ j'ai déjà soufflé OO7 bougies ϟ  J'ai découvert ST en   par une nuit 'd'ivresse ϟ  Et j'ai craqué parce que  je crains d'être devenue accro au Chouchounet coeur  ϟ D'ailleurs mon personnage est un PV ϟ Et comme je suis super bien disciplinée j'ai signé le règlement =>  ICI ϟ Comme je suis un peu timide j'aimerais bien NE PAS AVOIR de parrain afin de faciliter mon intégration parmi votre bande de joyeux tarés ϟ Comme je me sens bien ici je pense que vous pourrez m'y voir  tellement souvent qje je vous poursuivrais jusque dans vos rêves evil  ϟ  Et avant de vous laisser lire mon histoire je tenais à vous dire que tu craques quand mon Chouchounet ? candy   ϟ Et comme je suis discipliné si mon personnage est un inventé je vais faire recenser mon avatar juste => ICI ϟ








Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Dim 19 Juil - 0:51

Chronologie I
« CITATION AU CHOIX  »




J'ai toujours adoré la presse... Non pas pour ce qu'elle est supposée informer un peuple de lecteurs aux cerveaux aussi éveillés que des huîtres trop cuites mais pour ce qu'elle a de plus pernicieux et délicieusement pervers. Et alors que le journal que j'ai si longtemps dirigé fait ses choux gras de ma disgrâce l'amusement l'emporte sur ma fureur. Parce qu'il n'y a que peu de plaisirs pour un homme en fuite tel que moi alors passer le temps à dévorer ces mensonges que de minables scribouillards tentent de faire passer pour la vérité de ma vie est des plus jubilatoires !

Les voir tenter de remonter le cours d'une histoire familiale qui les dépasse complètement pour tenter d'y puiser de quoi comprendre qui je suis. Ce que je suis aussi et surtout. Moi le petit prince béni des dieux et des fées venues se pencher sur son berceau... Moi qui ait si bien su cacher le monstre que je n'ai pourtant jamais cessé d'être... Moi qui les mis, involontairement cependant et cela je le déplore, face à leurs candeur et erreurs ! Moi qu'ils respectaient hier au point de se penser mes amis et qu'ils conspuent aujourd'hui... Ils me pensent le fruit d'une éducation déplorable, d'une famille de dégénérés qui s'adonnaient aux messes noires, aux orgies et autres foutaises. Ils pensent que je les ais trahi ? Mais on ne peut trahir ce qui n'a jamais compté ! Et ils n'ont jamais compté. Les uns pas plus que les autres. Pas même cette famille qu'il blâme si bien désormais. Mon père, ma mère et jusqu'à Mila que je tuerais volontiers de mes propres mains si un petit audacieux ne m'avait devancé... Le monde m'indiffère totalement.

Je ne ressens rien, n'éprouve rien. Les médecins me diagnostiqueraient sans doutes comme étant un sociopathe et je ne saurais leur donner tort. Sauf que chaque monstre a ses faiblesses et je ne fais pas exception à la règle. Oui, je suis un monstre à l'état aussi brut que pur. Et je pourrais voir le monde réduit en cendres que cela ne m'arracherait pas la moindre réaction. Un monstre, en effet... mais pas un sociopathe. Car pour elle, pour ma Reine, j'ai bien malgré moi senti mon cœur s'ouvrir à des émotions qu'un sociopathe ne peut éprouver. Un tel être n'aime pas. Moi, j'aime. Je l'aime elle. Et si vous voulez savoir pourquoi je suis comme je suis alors la réponse tient en six petits lettres. Celles de son prénom. Vivien n'a pas fait de moi ce que je suis, ne vous méprenez pas. Nul ne me dictera ni n'influencera jamais ma conduite ! Pas même elle. Mais pour Vivien, pour voir luire dans ses prunelles ambrées cette étincelle qui me rend fou, je me suis forgé. Dans la violence et l'indifférence. Dans le sang et la mort. Dans le pire … pour qu'elle soit mon meilleur. Et que je sois le sien.

Vous vouliez connaître mon histoire ? Faites bien attention car elle commence ici et maintenant !





Famille





Manoir des Lecter,
il y a 28 ans,

Les cris du bébé résonnaient dans toute la maison mais nul ne semblait vraiment s'en préoccuper. Ses parents, comme si souvent, étaient absorbés par ces interminables discussions qu'eux et leurs amis aussi adeptes des plus sombres pratiques magiques, tenaient dans le salon. Du haut de ses quatre ans, le petit garçon regardait tous ces adultes parler à voix basse de choses si sérieuses tenant entre leurs mains impeccablement manucurées de fragiles tasses de thé. Il était certes trop petit pour comprendre de quoi il retournait vraiment pas suffisamment grand pour ressentir qu'il y avait dans cette scène quelque chose de délicieusement malsain. Peut-être était-ce à cause de ce corps supplicié et pratiquement exsangue de sang comme de vie qui reposait au sol, étrange carpette humaine à laquelle nul n'accordait plus la moindre attention. Le supplicié avait parlé et dès lors son sort, évidemment funeste, n'intéressait plus personne. Lorsqu'il serait mort l'elfe de maison viendrait le chercher et ferait le ménage. C'était toujours ainsi que les choses se déroulaient de toute manière. Un singulier mélange entre cruauté et mondanité sans doutes... En tous cas c'était un plaisir dont Nathaniel, pourtant encore tout petit, ne se lassait pas d'admirer. Il aimait regarder ces inconnus, peut-être même certains innocents, se faire torturer, supplicier au point que leurs voix finissaient toujours par claquer dans l'air. Tous, ils imploraient tous une pitié qui ne leur était jamais accordée. Ils voulaient mourir, en finir pour ne plus souffrir. Et lui n'attendait que ce moment où leur corps, épuisé et brisé, s'éteignait. La dernière étincelle de vie qui désertait leurs regards. Le dernier râle qu'ils exhalaient dans cette souffrance qui marquait leurs visages au-delà même de la mort. Ce parfum qui flottait alors dans l'air, âcre et métallique, et dont il adorait s'enivrer... Y avait-il quoique ce soit de plus intéressant au monde que cela ?

De nouveau les cris de la petite dernière qui emplissaient l'air sans que personne ne s'en soucie seulement. Mila était depuis longtemps partie se réfugier dans sa chambre. Elle était forte pour ses deux ans mais elle n'aimait pas autant le sang que son aîné et lui se lassait déjà des pleurnicheries et autres caprices de celle qu'il avait laissée partir en larmes. Ca sècherait ! Et elle reviendrait jouer avec lui. Parce que Mila l'aimait et qu'elle voulait jouer avec lui. Nathaniel et elle étaient comme les deux faces d'une même médaille et tout ce que faisait son aîné la gamine le reproduisait adorant lire la satisfaction dans le regard du petit trublion. Déjà il avait une emprise sur elle et, déjà aussi, il s'en félicitait et s'en enorgueillissait. Tout ce qu'il lui demandait la petite l'exécutait dans l'instant et s'il fallait que l'un des deux soit puni pour telle ou telle bêtise Mila était toujours celle qui finissait par se dénoncer. Elle babillait en disant avec ses mots d'enfants que c'était parce qu'elle l'aimait et lui se contentait de hausser les épaules sans jamais répondre. Parce que lui ne l'aimait pas. Pas plus qu'il n'aimait ces parents qu'il couvrait pourtant de sourire et de baisers hypocrites. Nathaniel n'aimait personne. Sauf... elle. L'entendre pleurer lui était insupportable, le mettait toujours dans un état de colère folle ! Ils ne pouvaient pas ! Ils n'avaient pas le droit de laisser Vivien pleurer comme ça ! Grimpant aussi vite que ses petites jambes le lui permettaient les marches menant à l'étage, il avait couru dans la chambre du bébé et était arrivé juste à temps pour empêcher l'elfe de maison de calmer la petite en la prenant dans ses bras rachitiques !

« Je t'interdis de la toucher ! Je t'interdis de la salir !  » avait-il tout bonnement murmuré d'une voix glaciale alors que son regard sombre venait fusiller la pauvre petite créature dont les longues oreilles se baissaient déjà alors qu'il observait, à la dérobée, le petit garçon s'emparer de la petite et la serrer très fort contre lui «  Faut pas pleurer Vivien... Faut pas pleurer... Je suis là maintenant...  » des gestes tendres et doux alors qu'il allait s'asseoir dans un fauteuil à bascule de la pièce et câlinait l'enfant tout en lui murmurant «  Je serai toujours là  pour toi... Rien que toi et moi Vivien. Rien que nous deux...  » puis alors qu'il offrait au bébé l'un de ces sourires qu'il refusait à tous les autres même à Mila il murmura dans un baiser à son front «  Avec toi je sens mon cœur battre... Avec tous les autres il est juste froid, tellement froid même... Et c'est pour ça que toi je t'aime et pas eux. Toi, je t'aime Vivien alors pleures pas … Pleures pas...  »

Comme si elle avait pu comprendre les mots de son grand frère, l'enfant avait ouvert les yeux et les avait posés sur lui. Puis un sourire était né à ses lèvres tandis qu'elle cessait de pleurer et s'abandonnait à ces bras qui la bercèrent jusqu'à ce qu'elle se fut enfin endormie. Nathaniel, lui, pour une fois paraissait serein et presque tendre. Là, seul avec elle, il se sentait... enfin un peu humain. Mais cela ne devait pas durer plus d'une poignée de minutes. Car, là, sur le pas de la porte, se trouvait celle qu'il n'avait pas même vue tant Vivien accaparait toute son attention. Mila ne comprenait pas ce qu'il se passait et elle n'entendait rien à tous ces mots que son grand frère bien trop aimé déversait à ce ridicule bébé chouineur. Mais ce qu'elle savait en revanche c'était que lorsque la petite était là alors elle n'existait plus ! Il n' en avait jamais que pour le bébé ! Et Mila détestait cela ! Le partage n'était décidément pas une qualité très en vogue dans la famille Lecter ! Refoulant difficilement ses larmes la petite était venue chercher ses parents, mentant éhontément et prétendant que Nathaniel faisait du mal au bébé ! Haussant un sourcil le père était intervenu et, croyant la pas si innocente Mila, avait arraché Vivien des bras cette-fois bien innocents de son frère. Nathaniel avait hurlé, juré que jamais il ne pourrait faire de mal à Vivien ! Jamais à elle ! Mais son père n'avait rien voulu entendre. Confiant la petite au bras de sa mère indifférente et qui s'empressa de la confier à leur elfe le maître de maison avait entraîné son fils dans cette chambre dont il ne ressortit pas avant plusieurs jours.

Nathaniel ne se souvient même plus des châtiments infligés pour une chose qu'il n'avait pas même faite. Non. Tout ce dont il se remémore, le seul souvenir qu'il conserve de cette journée fut la rage folle qui l'envahit au moment où Vivien lui fut enlevée. Ils n'avaient pas le droit ! Vivien était sa seule lumière et l'en priver était aussi douloureux que dangereux... pour eux surtout. Aujourd'hui et quand il repense à tout ce qui découla de ce malencontreux « incident » le jeune homme sourit, toujours aussi serein. Ce jour-là Nathaniel avait compris deux choses. Que jamais plus il ne laisserait qui que ce soit l'éloigner de Vivien. Et que les mots « limites » ou « pardon » lui resteraient à jamais inconnus. Ce jour là il aime à penser qu'il comprit le sens du mot « aimer » dans tout ce qu'il peut avoir d'incompréhensible et de déraisonnable. Ce jour là, aussi, il aime à se souvenir que les coups de son père brisèrent peut-être quelques os mais achevèrent surtout d'éveiller le monstre en lui.

En fin de comptes peut-être la presse disait-elle vrai ? Peut-être était-ce grâce à son père qu'il était devenu un nouveau spécimen de sociopathe ? Dommage. Il aurait peut-être du l'épargner et ne pas le tuer alors ? Qu'importe ! Les regrets ça non plus Nathaniel ne connaît pas !





Adolescence




Toute la matinée Mila s'était d'abord amusée, ensuite bien plus agacée de voir son aîné noyer son impatience dans des tentatives aussi ridicules que vaines ! Du moins pour qui le connaissait réellement et, à ce jeu de la vérité, Mila savait être l'une des meilleures. Ou du moins des moins mauvaises. Car si les années lui avaient appris quelque chose c'était que nul ne pouvait réellement se targuer de connaître Nathaniel. Pas même elle ! Aussi intimes puissent-ils être son frère ne laissait jamais paraître de lui que ce qu'il souhaitait. Croire ce qui s'échappait de ses lèvres était prendre le risque de le laisser vous mentir. Fondre devant son regard aussi froid que perçant ou moqueur était l'assurance de le voir faire de vous l'un de ces jouets qu'il désirait avec une ardeur teintée d'obsession. Jouet qu'il délaissait toujours bien vite une fois ce qu'il désirait obtenu. Combien de filles, de pauvres et bien trop pures donzelles s'étaient brûlées les ailes à ce feu bien trop ardent qui avait immanquablement fini par les consumer totalement ? Nathaniel n'était pas de ces garçons qui comme Kiriel Rookwood semblait prendre le plus grand des plaisirs à enchaîner et aligner les conquêtes d'un soir. Non, lui ne semblait vivre que pour ces études qu'il menait brillamment et pour ce journal de Poudlard dont il prendrait enfin la direction cette année.

Oh oui ! Sur le papier et en apparences Nathaniel Lecter était un élève modèle qui malgré son appartenance à la maison du Serpent faisait mentir la légende qui voulait que tous ces pensionnaires soient de la mauvaise graine de mage noir en puissance ! Lui, un adepte de la plus sombre des magies ? Le jeune adolescent s'en offusquait ouvertement, arguant avec véhémence que ce n'était pas parce que certains de ses ancêtres avaient cédé à la tentation qu'il devait payer le prix de leurs bêtises ! On ne pouvait, et surtout ne devait, juger les gens sur un passé qui leur était étranger ! Seuls les actes comptaient ! Et à ce jeu de faux semblants et de dupes, Nathaniel était devenu un maître. Ses enseignants louaient sa vivacité d'esprit et son altruisme. Tous saluaient son implication dans cette gazette où ses papiers, encore bien maladroits pourtant, remportaient toujours un franc succès. Surtout auprès de ces nés moldus qu'il prétendait défendre et en qui il voyait l'égal  de n'importe quel sorcier ! La pureté du sang était une hérésie éculée qui ne devait plus jamais engendrer ces immondes scissions qui n'aboutissaient jamais qu'au pire ! Oui, Nathaniel prônait ouvertement la tolérance... Risible au possible, n'est-ce pas ? Journaliste en herbe et faussement partisan de 'égalité à tout crin dans l'enceinte de Poudlard il redevenait cet adolescent obsédé et fasciné par la magie noire dès que l'heure des vacances sonnait. Un être double ? Si seulement... Mais Mila le savait, son frère était encore bien plus complexe que cela et même ces gens avec qui il feignait si bien d'être amis et avec qui il parlait librement de rejoindre les Mangemorts, même ces prétendus amis ne le connaissaient pas ! Il n' avait guère que celle qui paraissait enfin avec le reste des premières années pour pouvoir l'affirmer sans mentir.

Mila n'avait rien dit mais n'avait pas quitté du regard celui qui, de son côté n'avait plus eu d'yeux que pour Vivien au moment même où celle-ci était enfin apparue. Vêtue de sa toute première robe de sorcière entourée d'une cohorte d'autres enfants qu'il détestait déjà, la dernière des enfants Lecter faisait ses premiers pas à Poudlard. Et lui, évidemment, ne voyait qu'elle. Entendit-il la réflexion que lui fit son voisin de table à ce sujet ? Mila aurait pu parier que non. Comme toujours dès qu'elle paraissait le monde entier semblait cesser de tourner. Et Mila détestait cette jalousie qu'elle sentait alors l'envahir mais qu'elle ne parvenait jamais à juguler. Ce jour là pas plus que les autres d'ailleurs. Elle avait presque prié pour que leurs parents à tous trois mettent leurs menaces à exécution et n'envoient finalement Vivien à Beauxbâtons ! Après tout cela aurait bien arrangé ses affaires à elle aussi ! Parce que si la complicité unissant leurs trois enfants avait toujours enchanté leurs parents la connivence pour ne pas dire la fusion entre leur aîné et leur cadette les inquiétait bien plus ! Nathaniel avait développé une possessivité outrancière envers Vivien ne tolérant que mal le fait que quelqu'un d'autre s'occupe d'elle. Même leu mère ne pouvait les séparer sans que la petite ne fonde en larmes et que lui ne se mette à éructer et, parfois même, à faire preuve de violence ! Leur père avait bien tenté de le corriger avec violence mais rien n'y faisait. Plus il frappait Nathaniel plus la détermination de celui-ci à être le seul être à graviter autour de Vivien semblait se renforcer elle aussi. De guerre lasse ils avaient fini par décréter que Vivien, pour leur bien à tous, irait étudier en France. Il fallait croire que les menaces conjuguées des deux inséparables avaient fini par avoir raison de la résistance parentale puisque Vivien faisait son entrée dans la salle du banquet et arborait son plus charmeur sourire alors qu'elle apercevait celui qui ne cilla pas même détournant même la tête. Vivien en parut attristée et Mila eut pu jurer la voir ravaler un sanglot alors que ses nouveaux petits camarades l'entraînaient vers le Choixpeau. Vivien ne comprenait pas. Mais Mila si. Trop parfaitement même ! Pour Nathaniel les choses étaient pourtant claires et évidentes ! Personne ne pouvait approcher de la jolie brune sans se faire le plus mortel des ennemis. Mais quels que puissent réellement être les sentiments que Nathaniel portait à la première année jamais il ne consentirait à les dévoiler à quiconque ! Pas même à l'intéressée visiblement ! Vivien était la faiblesse de l'adolescent tout comme il était celle de la nouvelle petite Serpentard. Et Nathaniel était suffisamment intelligent pour l'avoir depuis longtemps compris ! Il s'était donné trop de mal pour se fabriquer une image irréprochable et il ne laisserait personne venir menacer sa si parfaite couverture ! Personne et pas même Vivien visiblement. Elle comprendrait, il en était persuadé !

Mais il se trompait. Et lourdement. Vivien ne comprit jamais l'attitude parfois bien paradoxale de celui qui n'en finissait pas de se montrer pour le moins indifférent dès qu'ils étaient en public et qui redevenait son plus tendre complément et essentiel dès lors qu'ils se retrouvaient seuls. Les périodes de tendresse désormais teintées du souffre de l'inceste alternaient avec des moments d'une rare violence où le frère et la sœur se déchiraient aux yeux de tous. Mais à ce jeu dangereux ce fut Nathaniel qui y perdit le plus. Vivien, lassée d'être si souvent rejetée pour ne pas dire moquée  et humiliée en public avait fini par prendre un tant soit peu d'indépendance. Elle s'était fait de nouveaux amis, certains garçons avaient même fini par expérimenter avec elle tout ce que Nathaniel lui avait enseigné dans le secret de cette couche qu'ils partageaient dès qu'ils le pouvaient. Elle lui échappait et lui ne savait plus que faire pour la retenir, lui faire comprendre ce qu'il ne parviendrait peut être jamais à lui dire. Que ces filles qui jalonnaient ses nuits n'étaient que des pions,, tout au mieux d'agréables mais éphémères et inintéressants placebos. Elle seule comptait. Les autres étaient à l'image du reste de leur vie : des illusions ! Ne le voyait-elle donc pas ? Non et cela le peinait plus qu'il ne pouvait le tolérer. Alors Nathaniel versait encore un peu plus dans la seule autre émotion qu'il fut capable d'éprouver : la haine ! Puisque Vivien refusait de comprendre sa façon bien particulière de l'aimer alors il déverserait son ire sur le reste du monde.

La dernière année du jeune homme à Poudlard fut pour le moins difficile et des plus chaotiques. Les relations avec sa cadette étaient en permanence en dents de scie et quels que soient les mensonges qu'ils ne cessaient de se raconter pour se prouver que cela lui importait peu la réalité était toute autre ! Cela l'obsédait, elle l'obsédait ! Et la voir lui échapper de façon aussi régulière que violente le rendait fou ! Incapable de se concentrer sur quoique ce soit dans ces moments là Nathaniel avait fini par abandonner la rédaction du journal de l'école. Soit disant pour se concentrer sur ses notes, en chute libre, et qui ne cessaient d'inquiéter ses parents qui envisageaient même de le faire redoubler à Durmstrang. Et cette-fois ni les suppliques de Vivien qui semblait alors se souvenir du lien qui l'unissait à son aîné, ni les menaces de ce dernier de le leur faire payer s'ils osaient les séparer, rien de tout cela n'y fit ! Nathaniel échoua à ses Aspics et fut bel et bien envoyé à Durmstrang. Loin de Poudlard, de Londres, de sa famille et de celle qui d'après les longs hiboux que lui envoyait régulièrement Mila était tombée malade. Dépression d'adolescente avait diagnostiqué les médecins de Ste Mangouste. Vivien y avait été admise après un énième évanouissement. D'après Mila son était était plus que préoccupant. Elle refusait de s'alimenter, ne parlait guère plus et ressemblait à une poupée de chiffons qui s'isolait volontairement du monde.

Nathaniel avait supplié, imploré ses parents de le laisser rentrer ! Il pouvait aider sa sœur ! Il ferait tout ce qu'ils voudraient mais ils devaient consentir à le laisser revenir ! Mais une fois de plus ses parents exacerbèrent son courroux, lui opposant une fin de non recevoir ferme et plus que définitive. Et lui se trouvait face à un dilemme qu'il n'avait que trop retardé, soigneusement évité. S'ils en étaient là aujourd'hui c'est parce qu'il avait laissé sa vanité et son orgueil museler ses lèvres. S'il avait dit à Vivien ce qu'elle voulait tant entendre et qu'il ressentait sincèrement alors peut-être tout ce drame et ce gâchis stupides auraient-ils pu être évités ! Et maintenant qu'une seconde chance lui était offerte, referait-il le même choix ? La réponse fut... oui. Même s'il en crevait de ne pas pouvoir être auprès d'elle ! Même s'il savait que demeurer ici à jouer le parfait petit élève désireux de rattraper ses errances scolaires le navrait Nathaniel demeura à Durmstrang. Et il passa ses examens que, cette-fois, il décrocha haut la main. Ce qui, pour lui, signifiait un retour au pays... et auprès de celle qui était toujours enfermée à Ste Mangouste. Service des soins intensifs après qu'elle y eut été admise quand son état s'était encore dégradé. Lorsque lui avait refusé de tout quitter pour être à ses côtés comme il n'avait eu de cesse de le lui jurer depuis ce premier jour alors qu'elle n'était encore qu'un bébé.

Nathaniel était revenu et avait passé les deux premières semaines de son retour enfermé soit dans la bibliothèque de ses parents à compulser mille et un grimoires, soit à disparaître des heures et des heures durant sans jamais prévenir qui que ce soit. Pas même Mila qui commençait sérieusement à prendre ombrage de n'être jamais et toujours que la cinquième roue du carrosse ! Elle avait bien tenté de questionner son aîné, allant même jusqu'à le harceler, mais rien n'y avait fait. Nathaniel n'avait rien lâché ! Pas plus qu'il n'avait consenti à se rendre au chevet de sa sœur tant aimée pourtant. Deux longues semaines pendant lesquelles il s'était fait violence pour ne pas se précipiter auprès d'elle ! Il le voulait mais ne l'avait pas fait. Parce que ce n'était pas demeurer assis, impuissant et passif à son chevet qui l'aiderait ! Et lui refusait de la laisser ainsi s'enfoncer dans un monde de limbes d'où elle ne reviendrait peut-être jamais ! Il voulait l'aider, la sauver... Pas seulement par égoïsme comme il le prétendait pourtant à Mila. Mais parce que la perdre elle c'était se perdre lui-même ! Parce que ce que personne ne comprenait c'était que Vivien et lui ne faisaient véritablement plus qu'un ! Et bientôt cela serait plus vrai encore...

Au bout de deux longues semaines et après bien des recherches il arriva à Ste Mangouste. Délaissant encore un instant la chambre de sa sœur il alla directement trouver le service où officiait un jeune médecin allemand qui n'était que de passage à Londres mais qui détenait la réponse à son problème. Stefen Von Führstenberg et lui parlèrent longuement, enfermés dans ce bureau dont ils ne ressortirent que des heures plus tard. Et ce fut ensemble qu'ils se rendirent dans la chambre où Vivien reposait, apparemment endormie, en réalité plongée dans un coma artificiel. Ce qu'il se passa dans l'enceinte de cette chambre nul ne le sut jamais mais ce qui fit rapidement le tour de l'hôpital fut le fait que aussitôt le médicomage étranger parti, la jeune patiente avait repris subitement vie. Et qu'elle se portait à merveilles même ! Et lorsque, prévenus par l'hôpital, les parents accoururent au chevet de leur enfant, ils les trouvèrent. Ensemble comme toujours. Nathaniel avait ses doigts noués à ceux de celle qui se pelotonnait tout contre lui, visiblement sereine et apaisée. Et lorsqu'ils voulurent poser les questions qui ne manquaient pas de titiller le bout de leurs langues, Nathaniel fut celui qui prit la parole pour mieux les faire taire

«  Tout ira bien désormais. Vivien est sauve …  » puis il releva son menton pour mieux boire son souffle aux lèvres de sa cadette, ne cessant son baiser que pour mieux reporter son attention et son regard sur ces parents effarés et épouvantés à qui il annonça paisiblement mais avec dans la voix une intonation qui trahissait sa détermination et ne laissait place à aucune discussion «  Demain Vivien sortira d'ici et à la rentrée prochaine  elle retournera sagement à Poudlard. Et, moi, j'intégrerais Merwyn section journalisme. Et...» un silence avant qu'il n'ajoute «  Et je vous déconseille fortement de plus jamais tenter de nous séparer ! Parce que la prochaine fois je ne me contenterais pas de menace. La prochaine fois je vous tuerai . »

Vivien avait souri, parfaitement indifférente aux menaces que venait si bien de proférer son frère ! Tuer leurs parents ? Et pourquoi pas ? Après tout ils ne feraient que récolter ce qu'ils avaient eux-même semé ! Les parents protestèrent, sans doutes pour la forme et ne pas perdre totalement la face vis à vis de ce fils qu'ils ne reconnaissaient plus du tout. Comme si le temps, l'éloignement et autre chose l'avait radicalement transformé. Ils espéraient le voir devenir aussi dur qu'eux et ainsi être le plus parfait des héritiers ? Ils avaient obtenu bien plus ! Ils avaient permis à la nature monstrueuse de leur enfant premier né de gagner encore un intensité et en cruauté. Et alors qu'ils prenaient congé sous un prétexte qui ne leurra personne la petite voix de Vivien murmurait à l'oreille de son amant immoral

«  Tu crois qu'on peut leur faire confiance ? »

«  Bien sur que non. Ils ont peur. Je crois même que père se doute de ce que nous avons fait. Tu as vu la lueur de terreur dans ses yeux ?»

La jeune adolescente avait silencieusement approuvé se blottissant plus encore contre celui qui lui vola un autre baiser avant que de laisser ses mains se perdre dans sa longue chevelure en une bien chasse caresse.

«  Ils nous trahiront, tenteront encore de nous séparer. »

«  Et que ferons-nous ? »

«  Ce que je leur ai promis : nous les tuerons.  » alors qu'il la sentait se raidir tout contre lui il avait ancré son regard au sien et caressé sa joue «  Cela t'effraye ? »

«  De les tuer ? Non. Tant que nous demeurons ensemble le reste m'importe peu. »

« Alors pourquoi cette peur au fond de tes yeux ?»

« Parce que je me demande quel sera le prix à payer pour ce que nous avons fait. Cet... homme... Stefen Von Führstenberg... Qu'exigera-t-il de nous lorsqu'il reviendra réclamer ce que tu lui as promis ? Quel sera le prix à payer pour notre crime ?  »

Nathaniel ne répondit pas muselant sa Reine d'un baiser. Pourtant lui aussi se demandait quand et comment il serait tenu d'honorer sa dette de sang. Ce médicomage avait consenti à lui obéir sans même chercher à négocier. Pourtant il lui été des plus aisé de se débarrasser d'un adolescent de dix-sept ans aussi arrogant que Nathaniel ! Il en avait le pouvoir et Nathaniel lui en avait même offert l'opportunité ! Mais Stefen n'avait rien fait, sauvant même Vivien et liant celle-ci à son frère de la plus irrémédiable des manières. Mais il avait promis de revenir, un jour, exiger le paiement de ses services. Il volait que Nathaniel jure et celui-ci avait juré. Avec toute la sincérité dont il était capable. Et alors qu'il regardait Vivien s'endormir dans ses bras il avait souri. Peu importait bien le prix à payer il s'en acquitterait. Parce que pour elle il n'y avait rien qu'il ne puisse sacrifier n'est-ce pas ?, L'avenir se chargerait de répondre à sa question. Un jour …






00/00/00  Etudes supérieures





Les cours à l'université n'étaient que des heures que Nathaniel enchaînait sans même réellement y songer. Appliqué, étudiant forcené apprécié de ses enseignants, le jeune homme éprouvait bien plus de difficultés à se lier à ces êtres qui gravitaient autour de lui et sur lesquels il ne posait jamais que le plus méprisant des regards. Seul, il l'était assurément. Mais pour ce que cela lui importait ! Sa vie sur les bancs de Merwyn n'était qu'une étape, une façon pour Nathaniel d'approcher un peu plus de ce but qui était le sien et dont il ne parlait à personne. Pas même à Mila qui commençait sérieusement à prendre ombrage de cette distance que son aîné ne cessait de lui imposer. Ils couchaient ensemble pourtant ! En réalité ce mythe sulfureux qui nimberait à jamais leur relation n'était qu'une chimère que la demoiselle entretenait avec le plus grand des soins... quand bien même cela était très éloignée de la vérité. Nathaniel et elle n'avaient jamais couché ensemble. Des baisers, des caresses impudiques, ils en avaient échangés et plus d'une fois. Mais tout c'était toujours arrêté dès lors qu'elle avait voulu passer à la vitesse supérieure. Aussi aguicheuse et provocante avait-elle pu se montrer face à lui jamais son frère ne lui avait cédé. Au début elle avait pensé qu'il voulait juste se faire désirer, la faire languir comme lorsqu'ils étaient enfants et qu'elle devait presque implorer pour obtenir son attention. Mais le temps avait passé, au point de se faire années, et Mila savait que jamais elle ne partagerait la couche de Nathaniel. Et dire qu'elle le vivait mal était encore un bien doux euphémisme. Le sexe, pourtant, était très loin d'être le cœur du problème. Niveau amants, et même maîtresses, celle qui se destinait à devenir auror d'élite n'en manquaient pas. Mais elle voulait plus. Elle voulait obtenir ce que Nathaniel refusait à toute autre : l'amour. Non pas pour ce qu'il avait de mielleux et de décérébré mais pour ce qu'il représentait aux yeux du futur journaliste : une faiblesse, une force, son humanité. La seule once dont il soit d'ailleurs pourvu ! Nathaniel était un monstre mais un monstre qui avait un cœur et en prendre possession était l'assurance de pouvoir dominer celui qui affichait déjà de bien grandes ambitions.

Nathaniel, s'il se refusait à jouer les étudiants sympathiques et populaires ne rechignaient pas autant à fréquenter certains cercles bien plus élitistes... ou secrets. En apparences et pour le monde entier monsieur aimait à être vu en compagnie des gens importants ou influents. Alors il se montrait charmeur au point d'en devenir enjôleur, maniant le verbe et le compliment avec une habileté qui confinait à la maestria. Les femmes étaient nombreuses à céder à son charme aussi juvénile que vénéneux. Les hommes, eux, apprenaient à aimer son esprit et sa sagacité parfois si proche de la ruse. Toujours présents au meilleur des moments dans le meilleur des endroits Nathaniel avait fini par se faire une place dans la jeunesse dorée du Londres sorcier. Dans ces jeunes pousses de sorciers auxquels l'on prédisait le plus brillant des avenirs. Et c'était là une victoire dont Nathaniel savait goûter la saveur sucrée. Pourtant c'était son entrée dans un tout autre monde, plus souterrain celui-là, qui l'enivrait totalement. A l'aube de ses vingt ans, Nathaniel était enfin devenu l'un de ces Mangemorts, l'un de ces soldats des ténèbres dont nul ne voulait reconnaître l'existence tant ils faisaient peur.

Faire peur, lui ? Oh pour Nathaniel le monde ignorait ce qu'était la peur ! Ils n'en connaissaient que le souffle si léger sur leur nuque mais il leur faudrait encore bien du temps avant d'en connaître la létale morsure. Lord Voldemort attendait son heure ? Nathaniel la sienne ! Alors que ce bouffi vaniteux tente sa chance et essaye d'obtenir un pouvoir qui lui échapperait toujours. Car pour l'apprenti mégalomane c'était évident : celui qui un jour fut connut sous le nom de Tom Jedusor n'avait pas ce qu'il fallait pour réussir. Ses objectifs étaient nébuleux et bien trop fluctuants pour ne pas dire tout bonnement paradoxaux. Lutter contre les Moldus ? Soit. Mais pour quelles raisons ? Et de quelle manière ? Quelle était donc la finalité de tout ceci ? Asseoir la suprématie des sorciers sur le monde ? Et ensuite ? Non, tout cela n'était que chimère et utopie narcissiques et ridicules ! Lui voulait plus ! Lui voulait le Chaos dans le monde sorcier comme dans l'autre ! Lui voulait non pas toucher du doigt mais enlacer au point de l'étouffer la plus pure et puissante des magies. Celle que Stefen Von Führstenberg avait étrangement consenti à lui montrer et lui offrir et grâce à laquelle tout était possible. Surtout le pire !

Lord Voldemort entendait emporter une guerre que Nathaniel, lui, rêvait de ne jamais voir finir. Car soyons logique, que valent des soldats sans bataille à mener ? Et à quoi rêverait le peuple si on lui offrait la paix ? Non le monde était fait pour vivre dans le Chaos total et permanent ! Ainsi les gentils rêveraient, les hommes moldus comme sorciers combattraient pour des causes peut-être justes mais si vaines et lui aurait ce qu'il souhaitait. Du moins pour commencer. Et devenir journaliste n'était qu'une façon de plus d'aider à la réalisation de son projet. Dans un monde où la communication est à la fois le centre de tout et la cause de tous les maux le jeune homme savait que contrôler l'information c'était contrôler les peuples, les esprits. Attiser les rancoeurs et les terreurs, engendrer sans en avoir l'air les pires des conflits larvés... Lord Voldemort pensait qu'une guerre se menait frontalement , Nathaniel lui la voulait subtile, perverse et pernicieuse ! Et il l'aurait ! Car il n'y avait déjà rien que, à l'époque, le jeune homme ne puisse obtenir s'il s'en donnait vraiment la peine. Rien du tout ! Enfin presque...

~***~



Ce jour aurait du être l'un des « plus beaux » de son existence. Du moins était-ce ce que prétendait cette sorte de sotte légende urbaine qui voulait que la remise d'un diplôme soit jour de fête pour celui qui le recevait. Comme si recevoir un ridicule bout de papier sanctionnant quelques années passées le nez dans les bouquins représentait quoique ce soit ! Stupide ! Et pathétique... à l'image de tous ces gens qui l'entouraient, comme saisis d'une fièvre et plongés dans une liesse qui soulevait le cœur de Nathaniel demeuré en retrait. Entre ses lèvres une cigarette qu'il ne fumait pas même, son regard occupé à balayer les lieux à la recherche de la seule et unique silhouette qu'il lui importait de voir. Ses parents ne seraient pas présents. A vrai dire et depuis l'incident de l'hôpital tout dialogue avait été rompu entre le jeune homme et ses géniteurs. Ceux-ci payaient ses frais de scolarité ainsi que sa chambre sur le campus. Ils lui allouaient une rente plus que confortable et n'hésitaient pas à verser bien plus encore si tant est que cela leur garantissait que jamais plus leur fils, leur héritier, ne reviendrait plus jamais hanter les murs du manoir qui l'avait pourtant vu naître ! Oui, les Lecter craignaient cet enfant auxquels ils regrettaient amèrement d'avoir donné la vie ! Nathaniel n'était pour ainsi dire encore qu'un enfant quand ils les avaient menacés mais eux y avaient cru. La lueur morte luisant dans ses iris ce jour-là... La froideur dans sa voix presque sépulcrale. Et puis … et puis il y avait cette chose qu'ils ne parvenaient pas à décrire mais qui faisait naître les plus dérangeants des frissons à leurs échines dès lors qu'ils s'aventuraient à y repenser. Comme si celui qu'ils avaient envoyé à Durmstrang et celui qui en était revenu étaient deux être différents. Non, comme s'ils avaient perdu un fils déjà fort peu humain pour ne retrouver qu'un monstre de cruauté et de perversité.A moins que, ce jour là, ils n'aient enfin vu ce qu'ils s'étaient pendant si longtemps efforcé de nier ? Sans doutes. Et les souvenirs de toutes ces choses macabres et inexpliquées qu'ils avaient feint de ne pas comprendre revenaient depuis les hanter. Au début ce n'étaient que des cadavres d'animaux, rien de bien grave en soi quand bien même les mutilations infligées avaient de quoi donner la nausée. Puis il y avait eu les elfes qu'il avait fallu remplacer tant ceux-ci avaient une bien fâcheuse tendance à « disparaître ». Sans compter ses sœurs sur lesquelles Nathaniel avait un ascendant aussi certain que dérangeant. Mila qui acceptait de se faire punir à la place de son aîné, vivait dans l'ombre sulfureuse de celui-ci semblant même ne vivre que pour et par lui. Terrifiant et au-delà même de l'imaginable ? Oui mais tout cela n'était rien en comparaison de la relation plus que malsaine qui unissait Nathaniel à Vivien. Déjà le mot « inceste » se formait dans leurs esprits et tout mages noirs qu'ils soient il était des limites que même eux ne sauraient tolérer de voir exploser !

Alors ils avaient tout fait pour les séparer. Mais l'épisode Durmstrang avait été un cuisant échec. Et certes pas le dernier. Naïvement sans doutes les parents avaient espéré que l'entrée à l'université du jeune homme les éloignerait, que Nathaniel se rapprocherait enfin de jeunes gens de son âge et si possible de jeunes filles. Que Vivien, elle, retournerait à Poudlard et que loin de l'influence si néfaste de son aîné finirait par revenir à la raison. Mais ce fut précisément l'inverse qui se passa. Comme si l'éloignement ne faisait que renforcer un lien que nul, hormis les intéressés, ne pouvait comprendre. Vivien et lui c'était à la fois la pire et la meilleure des alchimies, celle qui le rendait aussi fort que faible... et en ce jour bien particulier complètement ivre de rage ! Jamais Vivien n'aurait manqué ce jour ! Jamais elle ne l'aurait laissé ! Et pourtant elle n'était pas là... Elle n'était pas là ! Ce qui s'était passé, c'était Mila qui le lui avait finalement dit. Lorsqu'il l'avait vue paraître, sublime dans sa robe aussi audacieuse qu'indécente, le jeune homme l'avait toisée avec le plus froid des regards. Elle avait bien tenté de minauder, de le charmer et de le rassurer rien n'y avait fait. Nathaniel se fichait éperdument de tous ses beaux discours ! L'entraînant loin de toute l'effervescence environnante il l'avait violemment plaquée contre le mur d'un bâtiment et avait posé sa main sur sa gorge pâle et serré se délectant de la voir peu à peu céder à la panique quand elle avait réalisé que l'air commençait à lui manquer. Son regard l'avait imploré mais en vain. Nathaniel se fichait éperdument qu'elle meure ou qu'elle vive. Nathaniel se fichait éperdument d'elle, tout simplement. Et tandis qu'elle tentait de murmurer, sifflait entre ses lèvres tremblantes et bleuies cette réponse qu'il exigeait Mila se jura qu'il paierait. Nathaniel, dès sa réponse obtenue, il l'avait enfin relâchée, se détournant immédiatement d'elle. A terre, massant sa gorge douloureuse et happant cet air qui lui avait tant manqué, la jeune femme serra les poings fortement. Pendant toute sa vie elle n'avait jamais vécu que pour lui ! Tout ce qu'elle avait entrepris cela n'avait jamais été que pour lui complaire à lui, lui et encore lui ! Mais aujourd'hui les choses étaient devenues claires au point d'en être limpides. Nathaniel ne la méritait pas ! Et parce qu'il n'y a pas pire folie que celle née de la jalousie et de la frustration, le jeune homme ne tarderait pas à regretter son attitude car il venait de trouver en Mila la plus redoutable des ennemies ! Celle-ci se releva, souriant presque. Qu'il court donc rejoindre sa Vivien adorée... Cette-fois Nathaniel arriverait trop tard ! Et Mila regretta presque de ne pouvoir y assister... vraiment !


Transplaner dans un tel état de nerfs n'était pas la meilleure des idées et il s'en fallut de peu que Nathaniel ne finisse complètement désartibulé sur le sol marbré du salon familial. Quelques secondes, pour lui toute une éternité, pendant lesquelles il n'avait cessé d'entendre résonner dans on esprit les mots sibyllins de Mila. Ils avaient osé ! Comme dans un réflexe des plus involontaires, son regard était allé se poser directement sur cette marque à son bras. Ce tatouage ridicule qu'il avait néanmoins consenti à se faire apposer dès qu'on le lui avait proposé. Un Mangemort ? Un simple soldat à la solde d'un dément mégalomane qui ne méritait pas leur dévotion oui ! Pourtant le jeune homme savait qu'il lui fallait en passer par là pour espérer se hisser un jour à la place qu'il estimait seule à être digne de lui : la plus haute ! Alors, oui, pour cela il avait consenti à jouer les larbins obséquieux et dociles pour ces mages noirs endimanchés et embourgeoisés qui ignoraient tout de l'art de la guerre totale. Ces êtres pleutres qui refusaient de se salir les mains, agissaient bien tapis dans l'ombre de plus crétins encore qu'ils envoyaient effectuer les viles et basses besognes à leur place et qu'ils sacrifieraient au premier souffle du boulet sur leurs nuques... Des lâches ! Des incompétents ! Des déchêts ! Voilà ce qu'étaient tous ces êtres qu'ils n'avaient jamais plus maudits qu'à cet instant où, surgissant dans la salle souterraine du Manoir Lecter il les avait surpris en train d'achever une cérémonie d'intronisation. Son cœur qui sans même louper un battement se mit rageusement à cogner contre sa cage thoracique alors qu'il voyait l'un de ces hommes encapuchonnés desserrer ce bras sur lequel la marque était encore bien rouge. Une vague de murmures qui soulevait l'assemblée alors qu'il avançait d'un pas rapide, fendant la foule compacte pour mieux venir arracher des mains de l'inconnu celle qu'il ramena à lui. Vivien était étrangement muette et son regard perdu comme si elle ne réalisait pas même ce qu'il venait de lui arriver. Alors qu'il allait la faire sortir Nathaniel sentit une main se refermer sur son poignet et sentit se poser sur lui un regard qu'il soutint... jusqu'à ce qu'il en reconnaisse le propriétaire alors que celui-ci abaissait son masque et lui murmurait calmement

«  Ce que je t'ai consenti avait un prix et tu le savais. Aujourd'hui il est temps de commencer à rembourser ta dette Nathaniel. » puis alors qu'il sentait son interlocuteur prêt à répliquer vertement il avait souri, imperturbable, et demandé alors qu'il caressait la joue de Vivien «  A moins que tu ne préfères revenir sur notre accord ? C'est encore possible mais tu es bien placé pour en connaître les conséquences. Et je doute que tu sois jamais prêt à les accepter ni plus encore les assumer, n'est-ce pas ? »

«  Cela ne me concernait que moi ! Pas elle ! Jamais elle ! » avait-il dit tout en interposant son corps entre sa sœur et Stefen qui lui répondait dans un soupir amusé

«  Mais, Nath... Toi et elle ne faites plus qu'un ! C'est bien ce que tu voulais, non ? Alors sois heureux : c'est ce que tu as obtenu ! »

Et sur ce point là le médicomage décidément plein de surprises marquait un point. Nathaniel savait que ce pacte était un pacte de dupes et qu'il ne sortirait pas gagnant de ce marché biaisé et truqué. Mais ce n'était que maintenant qu'il commençait à comprendre que cela lui coûterait certainement encore plus qu'il n'avait voulu l'envisager. Et alors qu'il se muselait, conscient qu'il venait de perdre une bataille, il se jura de trouver le moyen de les libérer Vivien et lui de ce pacte de déments. Stefen, cet être qui n'avait d'humain que les apparences, avait sûrement une faiblesse. Et quelle que soit celle-ci le jeune homme se jura de la trouver … et d'en user évidemment ! Son regard avait suivi la silhouette du grand blond qui, sa tâche achevée, s'en allait rejoindre les autres, déjà tous impatients de célébrer leur nouvelle recrue. Rongeant son frein, conscient d'être en infériorité numérique et aveuglé par son ire, le jeune homme les suivit, gardant Vivien à ses côtés. Elle, ne cessait de lui répéter de sa voix endormie que tout irait bien, que cet engagement n'était qu'une façon de plus pour eux de ne faire qu'un. Que c'était ce qu'elle désirait... Il avait fermé les yeux une seconde. Non, elle se trompait. Tout ceci n'était qu'une grotesque farce ! Une pantomime menée d'une main de maître par un homme qui semblait en savoir bien trop sur leurs avenirs aux uns et aux autres. Quoique fasse Stefen cela n'était certainement pas du au hasard ! Et il y avait un but ! Un but dans lequel les Mangemorts avaient leur rôle à jouer. Le médicomage le lui avait prédit : un jour Nathaniel régnerait sur ces hommes et ces femmes qu'il méprisait pourtant tellement. Il serait leur général dans cette prochaine guerre qui s'annonçait. Enfin, une fois que celle qui s'annonçait imminente aurait été perdue. Lord Voldemort et ses lieutenants se réjouissaient, se pavanaient dans le salon, édifiant des plans qui s'écrouleraient encore plus vite que des châteaux de cartes. Nathaniel leva son verre à leur santé, joignant son toast aux autres, souriant mais pas serein. Un jour, Stefen le lui avait promis, c'était à leur défaite à tous qu'il trinquerait ! Il suffisait d'attendre.



Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Dim 19 Juil - 0:52

Chronologie II
« CITATION AU CHOIX  »




00/00/00  Vie Active



La guerre de 1998



Les événements de New York


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Dim 19 Juil - 0:52

Mes Liens
« What doesn(t kill me might make me kill you !   »



Vivien ou la Reine de mon coeur amoral



La voir quitter son appartement éveilla en son être tout entier une douleur indicible. Comme si poser les yeux sur ce corps  aussi familier que chéri mais qui lui était pour l'instant interdit lui lacérait le cœur en faisant perler des larmes de sang. Elle était là à quelques pas seulement de lui, ses longs cheveux bruns flottant autour de son visage étonnamment pâle et aux traits tirés. Son corps menu engoncé dans des vêtements qui ne faisaient qu'en souligner la finesse des courbes... Alors qu'elle s'arrêtait, retournant la tête dans sa direction, il se surprit à prier. Qu'elle le voit, le remarque et se précipite vers lui ! Qu'elle détruise, réduise à néant cette insupportable distance entre eux ! Qu'elle enterre d'un baiser et d'une caresse à sa joue ces conflits qui n'avaient eu de cesse de les éloigner, de les séparer un peu plus chaque jour ! Qu'elle redevienne ce souffle, cet essentiel qui manquaient parfois bien trop à celui qui tentait encore de se leurrer, de se convaincre qu'il pouvait vivre sans elle à ses côtés. Mais à la voir là, perdue et si seule, Nathaniel comprit qu'il se trompait. Depuis le jour même où elle était née, Vivien était devenu son cœur, son âme. Sa plus grande joie et son unique tourment. Sa plus grande fierté et sa plus terrible déception aussi... Elle l'avait trahi ! Elle avait non seulement offrert son corps à l'un de ces animaux de Moldu mais elle en était tombée amoureuse !

Vivien avait bien tenté de s'expliquer, de s'excuser. Cet homme n'avait compté que parce que lui l'avait délaissée, presque abandonnée ! Parce que, à cette époque, seule Mila semblait compter ! C'était à elle qu'il faisait le plus confiance ! C'était à elle qu'il démontrait le plus de respect en lui confiant le plus de missions et de tâches ! Vivien, elle, semblait jamais n'être que l'adorable sotte au corps divin que l'on balançait d'un lit à un autre pour mieux corrompre et soutirer les informations les plus utiles ! Une pute décérébrée , voilà ce qu'il avait fait d'elle ! Voilà ce qu'elle disait lire au fond de ses yeux... Et cet animal, lui, l'avait faite se sentir unique et femme ! Ne lui avait-il d'ailleurs pas proposé ce que Nathaniel, lui, ne pourrait jamais faire ? Ne lui avait-il pas demandé de l'épouser ? Le cœur du jeune homme qui cognait furieusement contre sa poitrine alors que ces souvenirs revenaient une fois de plus le harceler ! Epouser un Moldu ? Epouser un homme quel qu'il soit ? Elle y avait réellement songé ? Et lui alors ? Ridicule ! Tous deux s'appartenaient ! Elle était à lui ! Ne le savait-elle, ne le comprenait-elle toujours pas ? Quant à cette jalousie viscérale qui avait déchiré ses sœurs au point d'en faire des rivales et des ennemies jurées bien qu'inavouées, le jeune homme reconnaissait avoir eu tort de toujours l'exacerber. Nathaniel était un homme vaniteux et les voir se disputer ses faveurs et son attention lui avait toujours plus. Même enfant il feignait de délaisser la cadette pour ne s'intéresser qu'à l'aînée. Mais Vivien avait toujours eu sa préférence ! Depuis le premier jour et jusqu'au dernier ! C'était immoral, amoral et interdit mais lui n'en avait jamais eu que faire ! Et ce n'était pas parce que d'autres passaient dans ses bras ou qu'il ne le lui disait jamais qu'il ne l'aimait pas ! Il l'avait toujours aimée ! Elle rien qu'elle ! Et, elle, était impardonnable d'en avoir douté !

L'envie de courir pour la rejoindre alors qu'elle se détournait, les épaules baissées et l'air plus abattue que jamais. Il ne supportait pas de la voir ainsi ! Et il supportait encore moins d'être responsable de cette tristesse qu'il avait vue inonder les yeux d'ambre de sa sœur. Nathaniel savait qu'il lui avait fait mal en disparaissant sans lui donner la moindre nouvelle. Il imaginait la douleur qui avait pu être sienne quand elle avait tout tenté pour le retrouver mais qu'elle s'était heurtée à un mur. Il savait ce que Vivien endurait … parce qu'il éprouvait exactement la même chose. Au diapason même dans la douleur et le malheur... Une fraction de seconde, une seule, il faillit revenir sur toutes ces promesses qu'il s'était faites à lui-même lorsqu'il avait du fuir, devenir un homme de l'ombre. La protéger elle quoiqu'il arrive. La préserver du scandale mais aussi de ce qui serait sa terrifiante vengeance ! Parce qu'il leur ferait payer ! A tous, tous ceux qui avaient ainsi oser penser qu'ils pourraient se jouer de lui et le faire chuter ! De tous ces êtres auxquels il imputait sa déchéance mais plus encore la solitude écrasante dans laquelle il voyait, impuissant, Vivien s'enfoncer. Elle était si fragile... Oh rares étaient ceux à l'ignorer mais pas lui. Vivien était sa Reine de cœur et de cristal qui menaçait si souvent de se briser. Il l'avait vue se perdre dans les méandres destructeurs de la drogue et de l'alcool après la mort de Mila et de Jane. Il l'avait vue se punir au point presque d'en mourir... Elle qui n'était au final coupable de rien aux yeux du jeune homme. Si ce n'est bien sur de ne pas l'avoir aimé suffisamment pour croire en lui envers et contre tout. Si elle avait eu foi en lui, en eux, alors rien ne serait arrivé ! Et jamais elle n'aurait goûté aux affres si addictifs de cette substance qu'il l'avait vue s'injecter dans ses veines si fines... Ceux qui l'avaient fournie paieraient eux aussi ! Parce que quand elle avait frôlé l'overdose et qu'il avait cru la perdre Nathaniel avait senti son propre cœur menacer de s'arrêter lui aussi. Vivien et lui ne faisaient qu'un et peu importaient bien que les gens le comprennent, l'acceptent ou non ! C'était leur destinée. C'était plus encore sa volonté à lui!

Alors oui, ces connards de Malefoy qui lui donnaient pour l'instant le gîte paieraient eux aussi. Parce que Nathaniel savait que Lucius, derrière ses airs affables et si bienveillants, demeurait le pleutre déloyal qu'il avait toujours été. Et que son offre de l'abriter en ces temps sombres cachaient bien des desseins. Il voulait les maintenir séparés appliquant à la lettre l'adage selon lequel qui veut régner doit d'abord apprendre à diviser. Et puis Vivien lui plaisait à lui aussi. Bien trop d'ailleurs au goût de celui qui en serrait les poings à s'en faire blanchir les jointures. Nathaniel savait que Lucius avait été celui qui avait donné la drogue à Vivien... pour mieux la mettre dans son lit ? Si tel était le cas alors sa mort serait plus lente et douloureuse encore !  Rien que le fait d'imaginer les mains, les lèvres de ce fantoche blafard errer sur le corps de Vivien le rendait ivre de rage ! Rien que le fait de songer qu'il ait pu posséder ce corps qui s'était déjà offert à beaucoup trop d'autres hommes  le rendait fou de la plus meurtrière des jalousies ! Vivien était à lui ! Rien qu'à lui ! Et, lorsqu'il daignait se montrer honnête envers lui même le jeune homme devait bien admettre que tout ce qu'il faisait n'était jamais que pour elle. Détruire le monde existant pour en faire surgir un autre, façonné à leur image et qu'il déposerait à ses pieds. Elle qui était son soleil et pour qui il irait décrocher la lune.

Elle qu'il regarda s'en aller, s'éloigner une fois encore sans qu'il ait tenté quoique ce soit pour la retenir ou seulement l'approcher. Trop tôt... Il lui fallait du temps. Pour lui pardonner toutes ses errances. Pour lui offrir cette autonomie et cette occasion de faire ses preuves que Vivien lui avait toujours reproché de ne jamais lui accorder ! La laisser s'épanouir en dehors et si loin de lui... Il s'en savait incapable, n'en avait pas la moindre envie non plus mais ne pas le faire serait prendre le risque de la voir s'éloigner à tout jamais. Et ça il s'y refusait obstinément. Et puis il refusait de la voir mêlée à cette vengeance qu'il ourdissait et qui commençait doucement à prendre forme. Et dont la dernière et ultime victime serait aussi celle par qui tout avait commencé ! Celle qu'il avait commis l'erreur de sous estimer lourdement. Et c'était une erreur qu'il payait cher ! Peu lui importait, Nathaniel était un monstre mais qui assumait parfaitement les conséquences de ses actes. En revanche il enrageait de voir Vivien en subir l'écho ! Et pour ça aussi, et surtout, Granger devrait payer ! Le cœur du jeune homme qui se serra alors que disparaissait au coin de la rue la silhouette tant aimée de sa sœur. Pendant des minutes qui lui parurent secondes il resta là, tentant de fixer dans son esprit l'image de sa Reine de cœur, s'accordant une pause de douceur dans une vie qui n'était autrement que violence et perversion. Puis lui aussi était parti, ses pas le menant loin de celle qui lui manquait tant que c'en était douloureux.

Un jour ils se retrouveraient ! Nathaniel n'avait de cesse de se le promettre. Quand tous auraient fini de payer !


Hermione Granger ou la Reine de mes tentations mortelles


Apercevoir Vivien sans même pouvoir aller la trouver, s'interdire de chasser la peine et l'inquiétude de son regard en la serrant tout contre lui... Cette situation était une torture pour celui qui avait finalement renoncé à tous ses autres projets de la journée pour mieux s'en retourner dans ce manoir au sein duquel il avait momentanément trouvé refuge. Là où personne ne l'avait trouvé et ne le trouverait jamais. Là où il pouvait penser  ses plaies mais plus encore ruminer sa rancoeur, nourrir sa haine déjà bien viscérale ! Le verre de whisky pur feu qu'il tenait si fortement serré entre ses doigts nerveux vola à travers la pièce pour mieux aller finir sa course contre le manteau de la cheminée du salon. Dans l'esprit du jeune homme tournoyaient nombre d'idées, toutes plus sombres les unes que les autres ! Enfin sombres... de ce rubicond qu'il rêvait de faire couler des corps encore chaud de tous ces êtres qu'il exécrait pour l'avoir ainsi réduit et condamné à l'inaction plus encore qu'à l'anonymat. Se cacher n'était en soi pas un souci pour celui qui y était préparé. Nathaniel avait toujours su que le jour viendrait où il leur faudrait renoncer à leur vie si confortable dans la lumière pour mieux emprunter la voie déjà prise par les Scorn, celle de la clandestinité qui débarrasse de toutes limites et légitime cette place de leader des Mangemorts à laquelle l'ancien directeur de la Gazette ne renoncerait jamais ! Oui, il avait toujours su que ce moment viendrait ! Mais il s'était imaginé,  peut-être naïvement, que Mila et plus encore Vivien seraient à ses côtés. Mila avait payé son inconscience et sa forfaiture de sa vie et Nathaniel, malgré la tristesse, en avait éprouvé un certain soulagement. Sans elle pour si bien exacerber les tensions entre Vivien et lui... sans Mila en serait-il là aujourd'hui ? Peut-être pas...

Mais la principale coupable, celle qui paierait bien plus que de sa propre vie, était Hermione. Cette sang de bourbe qui l'avait pris au dépourvu et bien plus désarçonné qu'il ne pouvait le tolérer. L'enfant déjà bien horripilante qui avait largement contribué à défaire Voldemort avait bien grandi et si son intelligence avait toujours été soulignée pour ne pas dire louée il fallait bien admettre que la demoiselle avait aussi appris à donner dans la ruse perfide... Et lui ne pouvait que s'en vouloir plus encore de n'avoir rien vu venir ! Si sa situation lui était hautement insupportable le fait d'avoir conscience d'en être le premier responsable ne la rendait que plus pathétique encore. Vivien se moquait souvent de lui et de cette vanité qui finirait un jour ou l'autre par lui jouer de vilains tours. Il avait toujours souri, persuadé que sa cadette se méprenait et que, hormis elle, nul ne pourrait jamais l'atteindre ni même seulement l'ébranler. Il s'était lourdement trompé et la leçon était bien amère ! Mais peut-être était-ce mieux ainsi, sa vengeance promettant de n'en être que plus salée, elle !

Il alla se servir un autre verre, se remémorant la manière dont tout s'était enchaîné, se demandant encore et encore comment il avait ainsi pu se laisser berner, duper lui qui se pensait être le maître de  cet art ô combien périlleux ! Lui qui ne comprenait toujours pas comment les choses avaient pu échapper à son contrôle. Tout était pourtant si parfait alors ! Mila et lui étaient enfin parvenus à asseoir leur autorité sur les Mangemorts et, il n'en doutait alors pas une seule seconde, Vivien parviendrait elle aussi bientôt à se faire respecter. A la Gazette aussi tout semblait parfaitement aller . Depuis qu'il avait réussi à décrocher ce poste si convoité il avait réussi à imposer une ligne éditoriale délicieusement ambiguë qui ne caressait jamais le pouvoir que pour mieux le dénoncer. Les lecteurs étaient si aisément manipulables que cela en était aussi jouissif que déplorablement trop facile ! Son équipe de journalistes était un savant et bien subtile mélange de gueux, de décérébrés qui embrassaient les idées révolutionnaires du Ministre et de ses courtisans, et d'éléments bien plus subversifs qui n'avaient d'autre cause que celle de cette magie si noire que défendait et incarnait Nathaniel. Drago Malefoy étant un pur exemple de ces deux faces de la médaille : officiellement il était un vilain mage noir si pieusement repenti, officieusement il était toujours le même lâche qui caressait des rêves de grandeur qui ne se réaliseraient pourtant jamais. Et puis à cette époque Nathaniel occupait le poste idéal pour venir s'immiscer dans cette utopique CSM que cette grue de Granger entendait bien diriger d'une main de fer dans un gant de velours, non ?

D'ailleurs les choses se présentaient sous les meilleures des auspices et Hermione, malgré une défiance évidente, s'était plutôt aisément laissée approcher. Pour ne pas dire même séduire. Et ce fut sans doutes là que le jeune homme avait commis sa première erreur. Voir en Hermione une jeune fille prude, une oie blanche et niaise qui tomberait dans ses bras et sous sa coupe comme tant d'autres le faisaient. La sang de Bourbe la plus célèbre du monde sorcier était bien des choses mais elle n'était pas idiote ! Et lui s'était vraiment montré aussi prétentieux qu'imprudent en la laissant inverser les rôles et le rouler dans la farine ! La douleur de la dernière blessure que lui avait infligé cette petite conne le faisait encore souffrir mais bien moins que celle que Granger avait infligé à son ego !

«  Tu devrais te méfier Nathy chéri... » avait susurré en riant celle qui venait de pénétrer dans le salon, toujours aussi espiègle et tentatrice. Themis avançait vers le jeune fuyard et, collant son corps au sien, elle lui avait arraché un baiser avant que de murmurer contre ses lèvres avec plus de moquerie encore «  Je ne t'avais jamais vu aussi maladroit lors d'un combat ! Depuis quand le grand Nathaniel Lecter se laisse-t-il ainsi blesser par une sang de bourbe ? » sa voix qui se fêlait alors qu'elle sentait le jeune homme l'attirer plus à lui avant que de commencer à la dépouiller du peu de vêtements qui la couvraient encore «  Aurais-tu perdu la main ou Hermione te troublerait-elle plus que de raison ? Fais attention Nathy ou je vais finir par penser que la jalousie de Vivien est peut-être bien plus justifiée que tu ne veux l'admettre ! »

«  Méfies-toi Themis ! Quand bien même j'apprécie les choses les plus indécentes que tu sais si bien faire avec ta jolie bouche...» avait-il dit tout en faisant basculer sous lui et sur le sofa celle qui en ronronnait déjà de plaisir et s'empressait de dénuder aussi celui qui continuait en redessinant du bout de ses doigts l'ourlé des lèvres rosées de la jeune damnée «  Je te conseille amicalement d'éviter de la laisser déverser trop de conneries ! Je serais navré de devoir te la faire boucler de manière peu galante !»

«  Bouh ! J'aurais presque peur ! » avait-elle ri avec insolence avant que de se taire dans un gémissement de plaisir alors qu'elle le sentait s'immiscer entre ses cuisses et commencer à flatter l'endroit le plus intime et humide de son être. Alors qu'elle sentait les doigts agiles et furieux du jeune homme la posséder sans la moindre douceur Themis avait laissé sa tête se renverser, refusant pourtant de se taire et provoquant un peu plus «  Alors dis moi plutôt... Elle est bonne le givrée glaciale et bornée de sang de bourbe ? Ca fait quoi de baiser de la née Moldue ? » puis alors qu'elle le sentait se figer une seconde, une seule, la toute jeune femme en profita pour se relever et inverser les rôles, contraignant doucement Nathaniel à s'allonger avant que de venir le chevaucher, se laissant doucement coulisser sur son sexe chaud et impatient . Un soupir plus tard elle gémissait «  A quoi bon t'être souillé avec cette bestiole ? A quoi bon avoir tout sacrifié pour elle ?! Compenserait-elle son manque de magie naturelle par des prouesses sexuelles qui me feraient rougir moi ? »

Tous deux avaient ri et alors que Nathaniel laissait ses mains venir flatter pour mieux les torturer les pointes érigées de sa si jeune et dangereuse maîtresse il avait murmuré, moqueur à son tour

«  Aucune femme au monde, pas même Vivien, ne peut soutenir la comparaison avec la Luxure faite femme Themis... et tu le sais bien assez pour en user et en abuser encore et encore, n'est-ce pas ? » un coup de rein plus puissant qui fit chavirer de plaisir celle qu'il ne quittait pas du regard alors qu'il intensifiait encore un peu le rythme, sa voix rendue plus rauque «  Mais bien que j'adore le sexe celui-ci ne suffit pas pour maintenir l'intérêt au delà des premiers coups de reins ! Et là-dessus il te reste encore beaucoup à apprendre ma chère ! » puis alors qu'il l'entendait grogner de colère il la renversa sous lui sans briser leur étreinte et la possédant plus intensément encore il murmura à son oreille «  Et pour te répondre petite curieuse, Hermione Granger n'est qu'une saloperie de Sang de Bourbe mais elle possède ce petit quelque chose auquel nul homme ne peut vraiment résister. Pas plus moi que ton père à ce qu'il s'en dit d'ailleurs !»

«  Enfoiré ! T'as le chic pour me couper mes envies ! Connard ! » avait répondu Themis alors qu'elle tentait d'échapper à l'étreinte de celui qui ne la laissa pas faire, se retirant d'elle uniquement pour la retourner et s'immiscer entre ses fesses opalines. Puis alors qu'elle le sentait l'envahir elle rendit les armes... ou presque Themis ne baissant jamais vraiment sa garde «  Fais le malin Nathy mais cette fille est dangereuse et toi tu ferais mieux de te méfier ! Car si tu n'y prends pas garde alors elle achèvera de te rendre fou ! La question que je me pose étant : fou de désir ou fou de rage ?»

«  Les deux ma belle... Les deux... »

Avait-il dit en se retirant, repus de jouissance et serrant presque tendrement celle qui se laissait volontiers faire et attendait une réponse qui ne viendrait pas. Du moins pas maintenant. Oh Themis le savait : Nathaniel était attiré par Hermione. Pas amoureux, non, ce genre de sentiments il ne serait jamais capable de les éprouver pour une autre que Vivien . Mais il était littéralement obsédé par cette sang de bourbe qui avait su le berner, se rouler dans la fange de la luxure pour mieux le faire chuter. Un petit quelque chose en plus hein ? Manière très personnelle de confesser que si Hermione Granger avait été son plus terrible échec il entendait bien rattraper le coup en faisant d'elle sa plus grande victoire. Par sa faute il avait du renoncer à bien trop de choses et le pardon ne faisant pas le moins du monde partie de sa conception du monde, le jeune homme détruirait Hermione. Non pas en la tuant, cela serait bien trop aisé et rapide ! Non, le combat qui s'était engagé entre ces deux là était bien plus perfide et total ! Hermione entendait bien envoyer Nathaniel et tous les siens croupir derrière les barreaux d'Azkaban et, lui, il détruirait absolument tout et tous ceux qui importaient pour l'héroïne de guerre devenue politicienne. Sa si chère CSM, sa carrière, ses amis... Tout, il détruirait tout ! Et lorsqu'elle serait seule, sans plus aucun rêve ni espoir, alors il l'achèverait. Peut-être bien au sens propre... ou peut-être pas d'ailleurs ! La mort est une chose bien trop douce pour Granger ! Ou alors la petite mort, la plus charnelle de toutes. Celle qu'il l'avait vue lui offrir cette nuit où elle s'était offerte pour mieux le duper ! Cette nuit où il avait cédé à ses envies et signé sa perte. Cette nuit là il l'avait entendue jouir ! Elle simulait ? Il en doutait fortement. Et il se jura de le vérifier la prochaine fois où tous deux se retrouveraient seuls. La posséder, encore, était une partie de son obsession. Posséder son corps, son cœur et son âme ? Pourquoi pas s'il pouvait ensuite les réduire en cendres et la laisser ni morte ni vive !

Hermione lui avait prouvé qu'elle était prête à tout pour atteindre ses objectifs ? Bien . Maintenant c'était à lui de lui montrer ce dont il était capable ! Et alors la Sang de bourbe verrait ce dont un monstre qui n'avait plus rien à perdre était capable ! Et alors ce serait à elle de goûter à l'amertume de la défaite !


Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Dim 19 Juil - 0:53

Test RP
« To the moon and back  »


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Mauris vehicula vitae eros eu rutrum. Nam id ex nec quam volutpat rutrum non et augue. Curabitur faucibus, sem non iaculis ullamcorper, est neque tincidunt purus, ac consequat magna diam eget tortor. Suspendisse nec urna ac arcu pharetra aliquet. Quisque sit amet accumsan risus. Sed rhoncus aliquet ante, eu cursus neque auctor vel. Ut rutrum mi sed risus posuere sollicitudin. Aliquam erat volutpat.

Fusce maximus erat magna, quis semper orci semper in. Suspendisse feugiat, metus sed fermentum vulputate, justo dolor lacinia felis, eu ultrices arcu velit non ante. Ut porta elementum magna. Morbi blandit quis orci sed porta. Duis eget ante in sapien dignissim porta id vitae risus. Aliquam ac mi hendrerit, pharetra lorem quis, scelerisque est. Vestibulum placerat est eget accumsan ornare.

Ut convallis sed nibh non facilisis. Sed quis cursus arcu, at blandit quam. Praesent molestie convallis purus eu faucibus. Sed lorem mauris, aliquam at posuere ut, pharetra a justo. Nunc vel porttitor nulla. Nullam ornare pretium volutpat. Ut molestie, enim et ultricies pretium, diam nisl aliquet quam, quis volutpat libero sapien sit amet mi. Phasellus molestie nunc nec velit feugiat, ac dignissim lectus imperdiet. Nunc scelerisque ac justo sit amet ultrices. Nullam ullamcorper euismod eleifend. Donec feugiat mi viverra est semper eleifend auctor a tellus. Donec porta velit arcu, eget pharetra odio interdum sit amet. Nulla a malesuada ipsum. Sed massa lorem, vestibulum quis sodales id, ornare nec velit.

Donec diam sapien, hendrerit id nulla egestas, suscipit vulputate nisl. Curabitur ornare urna non ex molestie, et facilisis nisl volutpat. Vestibulum risus ex, lacinia ut arcu a, viverra faucibus nisi. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Nullam nisl mauris, efficitur et felis vel, volutpat accumsan velit. Sed sollicitudin nec nisl sed mollis. Phasellus vel auctor risus. Cras ut dui pretium ipsum auctor ullamcorper. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Donec sed vulputate est. Curabitur et diam arcu. Duis varius orci tortor. Donec dignissim felis sit amet commodo feugiat. Nulla ultricies, nunc at dapibus feugiat, magna mi facilisis lectus, non tincidunt mauris ante id urna. Integer faucibus lorem iaculis risus auctor, nec faucibus magna porta. Nunc bibendum vitae sem id sollicitudin.

Ut pellentesque sem vulputate leo ultricies, in blandit mi pellentesque. Nam tempus eleifend quam a tristique. Nulla facilisi. Nullam fermentum felis sed augue suscipit varius. Nullam elit libero, imperdiet ut varius nec, pretium et odio. Maecenas egestas vel lacus in suscipit. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Donec sollicitudin sollicitudin magna. Donec a finibus erat. Nulla quis augue vitae leo ultricies tempor vulputate ut ex. Mauris ornare, mi sed facilisis hendrerit, est lacus egestas mi, id bibendum ligula turpis sit amet dolor.

Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Dim 19 Juil - 0:58



MOUWAHAHA

Hey oui ! Cette fiche un peu bizzaroïde prend de la place mais si je me débrouille bien elle devrait être finie avant lundi 8H... étrange coïncidence c'est à quelques minutes près le moment où un certain Chouchounet de ma connaissance devrait pointer son joli petit nez dans le coin non ?

Bref tu l'auras compris je me suis permis de m'épargner la tâche de recommencer ma fiche pour la V5 donc je bidouille le modèle existant : je pense que tu n'y verras pas le moindre inconvénient non ?

Et, oui je sais, j'ai craqué ! Mais t'as vu comme j'ai bien résisté et fait durer le plaisir cette fois hein ? uhu
Et toi... tu craques quand mon Chouchounet ? candy


Bon sur ce je file fichotter

Hasta luego les affreux ! fouet

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Satan





Ψ Messages : : 208
Ψ Date d'inscription : 20/01/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Lun 20 Juil - 9:22


LOL ! A ben j'suis pas prêt de craquer vu le boulot que j'ai en ce moment. J'ai même plus le temps de réfléchir aux personnages que j'ai déjà ! cry

Re-bienvenue chez toi Chouchounette ♥️

Fais-moi signe quand tu auras terminé et je viendrais lire tout ça d'une seule traite.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sons





Ψ Messages : : 69
Ψ Date d'inscription : 09/02/2015
Ψ Age : : 21



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Lun 20 Juil - 21:22

Accccore la plus belle ?
Youpi je vais avoir de la lecture de perfection <3
Bonne chance pour ta fiche et j'ai une idée de lien avec Lydia :p
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Lun 20 Juil - 23:05



>> Merci Peluche hug1
mais heureusement que les pvs que je crée ont du potentiel sinon je me tirerais une balle hein ! C'est quand même le but uhu

>> Rondoudouuuuuuuuuuuuu hug1 hug1
Ouais bah je finis aussi vite que je peux mais là, non seulement je suis en mode over bavard, mais en plus j'ai juste trop trop de choses à faire IRL. Mais bon tu me connais quand je m'y colle après je suis plutôt rapide smilebig

une idée de lien ? Avec toujours un immense plaisir mon chou ! Mais là je préviens vu Lydia ce sera forcément ultra négatif ou alors je te prends pour une bille et je te manipule comme un joli joujou de saloperie de Moldu Non, Nathy n'a rien d'un ange ... sauf pour Vivien nyark nyar ! evil
Bref dis m'en plus ça me motivera peut-être encore plus pour finir cette fiche themis


>> CHOUCHOUNET : bah of course que je te tiens au jus dès que j'ai fini ! Et bon tu sais parfaitement que j'ai craqué rien que pour le plaisir d'incruster Nathy dans le rp avec Them & Mione hein ! Vilain tentateur de mon coeur va ! coeur

Et, pendant que j'y pense, du coup j'ai plain d'idées de liens, rps et intrigues dont il faudra qu'on parle. J'ai une envie monstrueuse d'emmerder tous nos personnages ! Etonnant n'est-ce pas ?

Et courage pour tout le reste ! Que la Force soit avec toi mon Chouchounet... et au cas où j'ai toujours une superbe massue à te filer si besoin... et même un peu de chaux pour faire disparaître les déchêts encombrants

A toute à l'heure toi hug1

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sons





Ψ Messages : : 69
Ψ Date d'inscription : 09/02/2015
Ψ Age : : 21



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Mar 21 Juil - 0:13

C'était justement over négatif :D je cherche un parfait ennemi, un homme que je hais de tout mon coeur d'artichaut mouahhhh themis
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Mar 21 Juil - 1:03



Alors faudra qu'on en discute. Si tu veux te faire de Nathaniel un ennemi pour la vie c'est assez simple : tu n'as qu'à chercher des noises à Vivien ou lui faire du mal et là il n'aura de cesse de vouloir te dépecer vive
on touche pas à sa soeur de femme ou femme de soeur uhu

Attention cependant parce que Nathaniel s'il hait les Moldus n'a pour l'instant aucune raison de tenter de détruire les sons à moins dy être contraint. Et ce sera à toi de te creuser la cervelle pour savoir quand et comment ces deux là on pu en venir à se haïr mais si tu trouves je prends sans soucis

Et tant qu'à faire je préfère préciser direct que Nathy ne cherche aucun lien love ni même forcément sexe. Il a déjà ce qu'il faut ... et il va déjà suffisamment en baver du coup smilebig

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sons





Ψ Messages : : 69
Ψ Date d'inscription : 09/02/2015
Ψ Age : : 21



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Mar 21 Juil - 1:13

T'inquiète vu la personnalité de Nat ça m'était même pas venu à l’esprit xD
Je te dirais mieux tout ça pour l'instant je pense que c'est pas très important pompom
Revenir en haut Aller en bas
avatar





Ψ Messages : : 34
Ψ Date d'inscription : 19/07/2015



Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC} Mar 21 Juil - 1:27



Quoi ? Je fais déjà peur ? J'ai même pas fini ni ma chrono ni mon test rp smilebig
Et du coup pas de soucis on en reparle vite là désolée mais c'est l'heure de dîner et vu que je cuisine pour la floppée de potes chez moi... hasta pronto Rondoudou hug1

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






Message Sujet: Re: My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC}

Revenir en haut Aller en bas
 

My silence is not weakness but the beginning of my revenge {UC}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» a new beginning, a new dream , a new life . | femme ♥ |
» Harvest Moon The Land of Beginning
» Revenge...
» [Fiche] Revenge
» (m) AARON TVEIT + good old-fashioned revenge.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Temptations :: Ψ La Bible de Seven Ψ :: ϟ Le Coin des Personnages :: Présentation des Personnages-